Anesthésie locorégionale périmédullaire

L'anesthésie rachidienne (ou rachianesthésie) et l'anesthésie péridurale sont des techniques d'anesthésie courantes et adaptées à certaines interventions.

Elles peuvent être utilisées soit en alternative à l'anesthésie générale pour certaines chirurgies, soit en complément d'une anesthésie générale.

Ce type d'anesthésie pourra être proposé lors de la consultation d'anesthésie.

 

 

La Rachianesthésie

 

Cette technique consiste à injecter un anesthésique local à proximité des nerfs sortant de la moelle épinière, par une ponction au niveau du bas du dos.

Le plus souvent le patient est installé en position assise, les bras fléchis sur les cuisses ("dos rond"). Cette méthode permet d'obtenir une meilleure ouverture de l'angle entre deux vertèbres et facilite l'injection.

Lors de l'injection une sensation de chaleur dans le bas du corps s'installe d'abord puis l'anesthésie se complète en 10 à 20 minutes avec une impossibilité de bouger les jambes pendant toute la durée de l'intervention.

 

Une anesthésie générale est toujours possible en secours si une insuffisance de la rachanesthésie est constatée.

 

 

          Img 0280 copie                Img 0284 copie               Img 0288 copie      

          Répérage du point de ponction.                                               Réalisation d'une anesthésie locale.                                      Réalisation de la ponction de rachianesthésie. 

 

 


La Péridurale

 

Largement répandue en obstétrique (pour les accouchements), la péridurale est également intéressante en association avec l'anesthésie générale pour les interventions lourdes et potentiellement douloureuses, notamment en chirurgie abdominale ou thoracique.

Comme pour la rachianesthésie, une ponction dans le dos est réalisée, la hauteur de la ponction variant en fonction du site opératoire. Cette ponction permet de mettre en place un fin cathéter dans l'espace péridural. L'anesthésique local est alors injecté par ce fin cathéter, l'anesthésie s'installe en 15 à 30 minutes et anesthésie la zone concernée par l'intervention mais sans paralysie des jambes.

Le cathéter peut être laissé en place pendant 2 à 5 jours après l'opération, ce qui permet de répéter l'administration de l'anesthésique local.

L'avantage principal de cette technique est de permettre de soulager efficacement les douleurs tout en réduisant les besoins en antalgiques notamment en morphine. Ainsi, il est possible d'en réduire les effets secondaires.

La péridurale permet également de commencer à se mobiliser (lever au fauteuil) très rapidement après la chirurgie sans déclencher de douleur.

Quels sont les inconvénients et risques propres aux anesthésies périmedullaires?

 

Toute anesthésie périmedullaire peut s'averer incomplète et necessiter un complement d'anesthésie voire une anesthésie générale.

Après une rachianesthésie ou une anesthésie péridurale, une diffciulté à uriner peut necessiter la pose temporaire d'une sonde urinaire. des maux de tête peuvent survenir et nécessiter parfois un repos de plusieurs jours et/ou un traitement spécifique. Très rarement, on peut observer une baisse passagère de l'audition ou un trouble de la vision.

Toutes les techniques d'anesthésie périmédullaires peuvent donner lieu à des complications graves mais rares: paralysie ou insensibilté plus ou moins étendues, temporaires ou permanentes, accident cardiovasculaire, convulsions, blessure d'un organes proche.

 

 

source: http://sfar.org/pour-le-grand-public/information-medicale-sur-lanesthesie/